Histoire

PARENTS-ESPOIR est né de l’initiative d’une membre sympathisante. Infirmière en psychiatrie, elle a réalisé une étude de maîtrise sur le vécu de mères diagnostiquées schizophrènes et de parents ayant eu des difficultés à maintenir la garde de leurs enfants.

Bien qu’il ait été fondé en 2003, l’embryon de l’organisme a pris naissance deux ans auparavant, soit au cœur même des réunions de cuisine qui ont suivi cette étude.

Depuis, aucun autre organisme communautaire n’offre un service aussi spécifique pour les parents ou futurs parents qui vivent un problème de santé mentale dans la région de Québec, ni même dans la province. PARENTS-ESPOIR a donc une mission unique.

L’idée de mieux exercer leur rôle parental, de s’entraider et d’en aider d’autres à le faire, a su faire son chemin auprès des plusieurs acteurs : du milieu de la santé mentale, des ressources offrant du soutien aux familles en général, des intervenants des Centres jeunesse, des travailleurs sociaux des CLSC rattachés au Centre Intégré Universitaire de Santé et Services Sociaux (CIUSSS), du Département de médecine de l’Université Laval.

L’on s’intéresse aussi de près à la recherche tout en étant impliqué à la Table de périnatalité et santé mentale de l’Institut universitaire en santé mentale.  L’on participe en plus à différents colloques, par exemple : celui de l’Association québécoise de réadaptation psychosiale (AQRP) et du Centre de médiation IRIS de Québec. Enfin, pour tous ceux qui travaillent de près ou de loin au mieux-être des parents souffrants, comme pour les parents eux-mêmes, PARENTS-ESPOIR est là, comme il est reconnu du fédéral comme organisme de bienfaisance.  Du côté provincial, il reçoit des fonds récurrents via le Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) lié au Ministère de Santé et Services Sociaux.

Il y a encore beaucoup à faire, surtout pour le faire connaître du grand public qui pourrait s’en servir d’exemple afin de croire au rétablissement possible en santé mentale.  Nous le vivons en son sein en étant dans l’action, c’est donc dire qu’il donne plus d’espoir que l’on ose peut-être même se l’imaginer!