Son unicité

Que diriez-vous d’un endroit où les parents seraient accueillis avec bienveillance, sans étiquette et sans jugement au niveau de la santé mentale ?

Un organisme où ils bénéficieraient de conseils quand ils sont en séparation conjugale conflictuelle, sans entente sur la garde de leur (s) enfant(s) ?

Un espace de soutien psychologique lorsqu’ils peuvent même être à risque de perdre le lien fondamental avec leur(s) enfant(s) ?

PARENTS-ESPOIR représente ce lieu unique qui accueille sans discrimination tout parent fragilisé en tenant compte de leurs besoins, leurs forces, leur capacité à reprendre leur vie en main.

Grâce à des rendez-vous personnalisés, les intervenants les soutiennent dans leurs démarches auprès d’autres ressources, chez leur avocat, lors des visites à la DPJ, et parfois même, ils peuvent agir en tant que témoins de faits devant la cour de la Famille ou de la Jeunesse.

De plus, PARENTS-ESPOIR offre des ateliers de  formations courtes ou longues pour développer des habilités parentales, familiales et sociales.

PARENTS-ESPOIR est unique au Québec à répondre à deux enjeux : la parentalité ET la qualité de la santé mentale des parents.

Il se donne pour mission d’aider tous les parents, sans aucune discrimination, qui rencontrent des difficultés dans leur rôle parental.

Il vise ainsi la prévention, l’amélioration de la santé mentale et des conditions de vie, la qualité des liens parents/enfants.

Enfin, PARENTS-ESPOIR soutient la réalisation des projets de vie personnelle, familiale et sociale.

PARENTS-ESPOIR est un organisme communautaire oeuvrant :

Dans son approche  participative et intégrative, l’organisme s’appuie sur 3 niveaux de collaborations :

Son communautéship

Adopter une approche familiale, inclusive et collective ne peut se vivre seul.

PARENTS-ESPOIR promeut le « communautéship » :

« une vision commune basée sur des valeurs partagées et des principes de mise en œuvre du « faire ensemble. » Henry Mintzberg, professeur reconnu en management de l’Université Mc Gill à Montréal.

“Cette vision commune” se définit à partir  des besoins des familles, dans l’objectif du mieux-être des parents, de leur(s) enfant(s) et de leurs proches.  Dans les cas de séparations conflictuelles, de signalements,  de troubles mentaux, différents experts et intervenants interagissent, souvent avec des approches et des visées différentes, rendant difficile et inefficace l’accompagnement du parent vulnérable.

Et si on imaginait une communauté visant le même objectif, celui du  bien-être des enfants, qui permettrait celui des parents et par ricochet de la famille et de toutes les personnes impactées ? Que tous travailleraient dans ce sens,  qu’ils soient intervenants, travailleurs sociaux, éducateurs, pairs-aidants, intervenants de la DPJ, avocats, juges… et gouvernants ?  

Créer l’espoir  par le « communautéship »  est une mission vitale pour  PARENTS-ESPOIR, qu’il décline au travers de son offre de services et dans son approche dans le milieu social et communautaire.

Pour que grâce au  « communautéship » tous suivent ce proverbe africain :

“Il faut tout un village pour éduquer un enfant “